Où est la lumière?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: ~ VOTRE PERSONNAGE ~ :: Prédéfinis & Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vivre, c'est une bataille de gagné, survivre, c'est une guerre qu'il faut gagner[TERMINÉ]

avatar
Messages : 86

Carnet d'Identité
Vos Armes & Objets Divers:
Vos Amours & Amitiés:
Ven 28 Avr - 5:24
Copyright Arrogant Mischief
Asa Mayonaka

«Être un gagnant, c'est aller contre son destin


۞ NOM : Mayonaka
۞ PRÉNOM(S) : Asa
۞ SURNOM : Oro
۞ AGE : 24 ans
۞ SEXE :
۞ ORIENTATION : Pansexuelle
۞ TAILLE : 1m79
۞ GROUPE : les enfants du soleil
۞ NATIONALITÉ : Japonaise
۞ ARME : Couteau militaire pliant

۞ AVATAR : Azula - Avatar
۞ DOUBLE COMPTE ? NON
۞ CODE DU RÈGLEMENT :

CARACTÈRE & PHYSIQUE

C'est fou ce que l'on me peut en apprendre des choses sur nous grâce aux peu de personnes que l'on rencontre dans notre vie. Dans un monde en ruine, il est assez difficile de créer ce que l'on appelle l'amitié entre survivants. On ne pense qu'à survivre et malgré ça, il est possible de discuter, le temps d'une seconde avec un de ses semblables. Le temps de savoir quel genre de personne l'on est. Si j'ai croisé des gens au cours de ma jolie petite vie, ils ont tous succombé à leurs sorts. n'est-ce pas triste ? A vrai dire, je regrette presque mon incapacité à pouvoir pleurer ces chères personnes, seulement, je me suis éduquée de sorte à ne pas verser une seule larme. Une larme, c'est une larme de trop en ce monde complètement "apocalyptique". Un monde qui ne me dégoûte pas pour autant puisqu'elle m'a permis de me prouver bon nombre de choses à moi-même. Être une gagnante, c'est ce dont je suis et compte garder ce titre si magnifique autour de moi. J'aurais même pus dire au prix de la vie de mon entourage mais il faut bien se l'avouer, c'est peut-être un peu trop... Cruel ? Même si ce monde fonctionne dans la cruauté, je garde tout de même l'avis de ne pas plonger dans ce cercle vicieux. C'est ainsi que je considère le monde. Vivre aux dépens de la misère des autres n'est pas ce que je préfère même si voir quelques pauvres personnes souffrir ne me fait pas grand mal, juste un sentiment comparable à l'exaspération. Être fort, c'est ça qu'il faut être et même si, je préfère éviter de créer une chaîne m'unissant d'une quelconque manière à quelqu'un, je reconnais que des fois, la compassion est bien plus puissante que son propre désir, en y pensant elle attise ma curiosité et me pousse même à aimer, drôle de souhait mais pas impossible . Conseiller ce genre de personne que l'on pourrait qualifier d'importance à ma vie serait alors devenue un nouveau passe-temps comme la surveiller de près. Même si cela ne m'est pas encore arrivée, je me sais ainsi et sais que la vie en réserve, des surprises que j'ai hâte de voir tout en les maudissant. Depuis l'âge où je sus ce qu'étais mon monde, avoir peur est un sentiment que je refoule volontairement en moi. Dire que je ne connais pas la peur serait mentir. La peur, je l'ai. Je ne sais pas ce qu'il y a de l'autre côté ni même comment se terminera cette histoire, mais je sais la cacher et accomplir ce qui me semble important. L'ambition est la priorité dans ma vie, tout comme la survie. Qui sait ? Peut-être qu'un jour, nous la verrons à nouveau, la beauté du bonheur . Raison qui me pousse à rester en ce monde et à me battre jusqu'à mon dernier souffle. En fait, je ne vois pas de réelles raisons d'être triste. Être née en plein cœur de la bataille m'a sans doute été bénéfique car mon sourire, je l'ai toujours eu, tout comme l'optimisme même si je garde la tête sur les épaules. Vivre, c'est une bataille de gagner. Survivre, c'est une guerre qu'il faut gagner.

Physique: Lorsque je m’observe, je me rends compte que je possède un corps qui me plaît entièrement. Sans me jeter des fleurs. Un corps aussi beau qu’efficace et même si cela en donne l’air, je ne parle en aucun cas d’outil de séduction pour arriver à mes fins. J’y tiens grandement à mon honneur. Si mon corps souple, fins et élancés, j’y vois tout de même quelque muscle discret fait par l’endurance et l’entraînement dans ce monde hostile et même si la beauté n’est pas chose première, ne pas être un tas de muscles me rassure. Attachant la plupart du temps ma longue chevelure brune m’arrivant aux épaules, c’est à peine si je m’occupe d’elle, ne trouvant pas grande utilité de perdre du temps à me pomponner. Gênée par son épaisseur lorsqu’elle est détachée et se laisse porter par le vent, je suis, surtout lorsque j’ai dans l’optique de rester concentré dans une situation dangereuse. Toutefois, je refuse de les couper. Comme moi, ils ont besoin de leur liberté. Possédant une paire d'yeux ambrés aux lueurs que je doute joueuse, elles ressortent parfaitement avec ma peau au teint pâle mais pas au point que l’on me croit morte, sauf lorsqu’il fait froid. Ce qui me sert assez lorsque je veux me faire passer pour morte aux yeux de nuisances. Un nez retroussé en plein milieu du visage et une bouche pulpeuse et rosée, je me trouve réellement jolie mais ne m’étalerai toutefois pas sur le sujet alors que l’on ne pense qu’à la survie là où je suis. Me blesser ne créera pas de fureur noire chez moi simplement car je me trouve belle, l’apparence n’est pas importante après tout. Mais malgré ça, il y a toujours eu quelque chose qui me dérangeait chez moi, c’est cette marque qui ressemble grandement à un soleil. Je sais ce qu’elle fait là, mais je ne comprends pas pourquoi elle devrait autant me poser problème. Grâce à elle, j’en ai vu de toutes les couleurs mais je sais que je ne pourrais la retirer et qu’elle me mettra toujours dans de beaux draps. Que faire . Simplement soupirer. Quant à ma tenue, je porte une robe rouge tenue par une grande ceinture, tout en portant à pantalon assorti à elle, comme le sont aussi mes bottes où je pris grandement le soin d’y rentrer la fin de mon pantalon pour ne pas avoir froid. Efficace, ça l’est. C’est silence que je me déplace pour ne pas me faire remarquer, ne sait-on jamais si un malintentionné rôde dans les parages. Rester sur ses gardes est la meilleure solution, n’est-ce pas ?

HISTOIRE

Dites ? A quoi ressemble un soleil ?


Je n’en ai jamais vu un seul dans ma vie et l’on me répète que cette sphère mystérieuse est jolie. J’aimerai biens en voir un dans ma vie, j’aimerais en voir un de mon vivant et de ne pas avoir le temps de crever pour l’admirer. Cette marque que j’ai dans le cou, c’est cela qu’elle représente . Un soleil ? Il est comme ça . Si c’est vrai, il doit est magnifique. Même si l’impression de l’avoir collé à la nuque se fait en moi, j’aimerais pouvoir analyser le vrai et savoir comment est un ciel éclairé par lui. Naître dans un enfer où seuls les cris de désespoirs et de douleurs sont les rossignols de la vie, ne me dérange pas contrairement à ceux qui sont nés dans la tranquillité, seulement la curiosité me titille et le fera tant que mon vœu ne se sera réalisé. Cela ne m’attriste pas non plus de ne pas avoir de parents, à quoi pleurer leurs morts me servirait . Autant mener mon combat, le cœur sauvé de cette lourdeur qu’est l’amour que l’enfant porte à ses parents. Si je meurs, je n’aurais aucun regret à laisser derrière moi des êtres aussi cher, seulement le regret de ne pas avoir assisté à la naissance d’un nouveau soleil aux côtés des survivants. J’avais beau n'avoir que onze années, j'étais consciente de cet enjeu qu’est la vie. Cela me fait sourire et me satisfait. Voir que je ne suis pas idiote me plaît, car l’intelligence et la maturité sont deux clefs qui me serviront à avancer. Vivre parmi un groupe d’adultes composé majoritairement de personnes brillantes m’a été bénéfique. Bénéfique pour savoir lire et me battre. Me battre et user de cet étrange lumière que j’avais pour les « protéger ». Eux, me racontait l’ancien monde, sa beauté et sa tranquillité. Ils le regrettaient. À croire qu’ils souhaitaient me faire regretter un monde que je n’avais pas connu. Oh la blague, je ne suis pas là pour sangloter sur le passé, je me base sur le présent pour assurer mon futur. C’est ça l’important. Penser ainsi n’est pas venu à l’esprit des premiers décédés qui se laissèrent mourir face à la dépression en se laissant attraper par ses créatures étranges étant nos ennemis, à nous. À tout humain saint.


A cause de ces trois premiers crétins, nous dûmes changer de cachettes, un peu plus loin de l’ancienne, se trouvant dans un ancien « collège » pour se cacher dans une aire de jeu, à l’écart de tout, cherchant sans relâche de quoi se nourrir tout comme avant. Seulement, la perte de trois bons éléments fut un très gros coup à notre sécurité, mais nous fûmes en sécurités le temps de la fin du mois. Les créatures n’étaient pas si idiotes et surent que chercher dans les coins éloignés était la meilleure idée de trouver du monde. Me dire que j’aurais pu les protéger ne me vint pas à l’esprit. Il est vrai que je me trouvais aux côtés de deux autres membres de mon groupe, cherchant de quoi manger, mais le destin n’avait pas voulu que je sauve mes camarades grâce à ce don que m’avait donné le monde. Après avoir entendu des cris et des hurlements, nous finîmes par nous rendre à notre cachette et ne retrouvions que des lambeaux de vêtements et quelques flaques de sang. Voilà deux de moins, qu’en penser .

À l'époque, je n’’en savais strictement rien. Leurs destins avaient été de mourir alors pas besoin de pleurer quoique mes deux derniers camarades fussent dévastés. La seule chose qui me vint à l’esprit fut l’exaspération. Pourquoi ? Parce que le moins utile et que j’aimais le moins était toujours en vie. Manque de chance pour lui, il mourut quelque temps plus tard en ne voulant pas changer de cachette. Le laisser là où il était, marquait alors la fin de son existence. Et marquait aussi le début d’une vie que je passais seule, ou du moins, aux côtés de celui que je considérais comme mon mentor. À l'époque, il avait 10 ans de plus que moi et pourtant, je le considérais comme un « mari ». Ne comprenant pas très bien le sens de ce mot, je pensais simplement qu’il s’agissait d’une personne que l’on ne voulait pas quitter et cela le faisait rire, raison pour laquelle malgré la situation et le danger nous suivant partout où nous allions, nous gardions le sourire.

Mais vint le jour où il me laissa seule en me laissant pour seul souvenir, mon cher couteau eu grâce à son ancien métier de militaire, avant que le soleil ne disparaisse. Jamais je ne compris la raison de cet abandon mais au fond, tout ce que j’espérais fut qu’il soit encore en vie. Je ne ressentis ni de peine, ni de colère et continuais à mener ma vie seule, ne me liant plus à personne, persuadée que je serai plus discrète ainsi même s’il y eut des fois où j’esquivai de justesse aux créatures, parfois en me faisant passer pour morte, d'autres fois en sachant courir très vite et habile. La maîtrise m'étais utile. Je trouvais très vite refuge dans un ancien bâtiment, occupé par des créatures. Pourquoi y suis-je allée ? Idiotie ? Oh non, tout ça parce que j’étais sûr que ce n’était pas ici qu’il me chercherait. Lorsqu’ils occupaient les lieux je me cachais derrière le bâtiment pour être sûre qu’il ne me repère pas cette étrange lumière que mon corps dégageait et quand ils sortaient, j’entrais et y restais le temps de quelques heures. C’est ainsi que je vivais durant de nombreuses années, les observant revenir avec de nouvelles victimes, adultes, enfants, animaux. Écoutant ces pauvres gens se faire dévorer ou tout simplement tuer dans la douleur, tranquillement et attendant patiemment la fin. Un quotidien c’était et cela était désolant, mais c’était comme ça. Un jour, les créatures partirent, sans laisser de trace, ce qui signa aussi mon départ. Cet endroit n’était plus « hors de danger » et ma vie dans les rues recommençait. Mais seule et en me faisant appeler Oro.


Plus je vieillit, plus je me pose des questions sur mon passé. Vivre parmi des adultes était normales et pourtant, eux ne m’avaient jamais parlé de la manière dont ils m’avaient trouvé. Aucun souvenir de mon enfance, ni de souvenir de ma rencontre avec eux. Tout ce que j’avais eu pour me raccrocher à eux fut leurs paroles. Oui, je ne connais rien de moi, seulement que la marque que j’avais dans le cou saurait sauver des gens, ce dont je me foutais royalement. Savoir d’où je venais était une bonne question mais pour l’instant. Survivre est mon objectif. Les questions viendront après. L’important est de gagner la guerre, ma guerre, notre guerre à tous. Tout ce que j’ai à dire est...
« Que les meilleurs gagnent. »


۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Eelo
۞ AGE DU JOUEUR : 19 ans
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Top-Sites
۞ COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ? J’aime beaucoup le forum. Son contexte m’a énormément plu.
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Hé bien, ma présence serait plutôt...Quotidienne, sauf si j'ai pas mal de boulot à côté.
۞ NIVEAU RP : Je dirais que mon niveau d'rp est plutôt bon, je peux écrire à la première, deuxième et troisième personne même si pour mon premier compte, je n’utilise que la première ou la troisième. Je ne saurais dire le nombre de ligne même si la plupart du temps, mes réponses sont longues, encore plus une fois motivée.


Codage par Arrogant Mischief sur Epicode
[/b]

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 86

Carnet d'Identité
Vos Armes & Objets Divers:
Vos Amours & Amitiés:
Dim 30 Avr - 15:48
Terminé ♥♪♫

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 155

Carnet d'Identité
Vos Armes & Objets Divers:
Vos Amours & Amitiés:
Dim 30 Avr - 16:43
Bienvenue ! =)
C'est un très jolie présentation, j'aime beaucoup et je ne vois aucun problème ! Alors je te valide tout de suite !
Tu dois recenser ton avatar ici, tu peux aussi aller faire ton Journal de Bord, faire des demandes de RP's, Kits et autres ici, et commencer des quêtes ici.
Voilà, amuse toi bien !

Présentation Validée

_________________
FICHE - LIENS

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Vivre, c'est une bataille de gagné, survivre, c'est une guerre qu'il faut gagner[TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G
» MALI. Non, la "bataille" n'est pas gagnée
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Last Light :: ~ VOTRE PERSONNAGE ~ :: Prédéfinis & Présentations :: Validées-
Sauter vers: