Où est la lumière?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: ~ VOTRE PERSONNAGE ~ :: Prédéfinis & Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nils Erling│Tu as mal ? Je suis sûr que je peux arranger ♥

avatar
Messages : 3

Carnet d'Identité
Vos Armes & Objets Divers:
Vos Amours & Amitiés:
Ven 28 Avr - 9:37
Copyright Arrogant Mischief
Nils Erling

   « Wanna roll with the wind Bringing distance to everything »


   
۞ NOM : Erling
   ۞ PRÉNOM(S) : Nils
   ۞ SURNOM : Dring
   ۞ AGE : 27 ans
   ۞ SEXE : Masculin
   ۞ ORIENTATION : Bisexuel
   ۞ TAILLE : 1m70
   ۞ GROUPE : Enfant de la lune
   ۞ NATIONALITÉ : Norvégien
   ۞ ARME : Un arc

   ۞ AVATAR : Kutsuna Satoru, Canis
   ۞ DOUBLE COMPTE ? NON
   ۞ CODE DU RÈGLEMENT :
   

   
CARACTÈRE & PHYSIQUE

   
Je suis un mélange bizarre entre scandinave et japonais, cadeau de mes parents. Je possède ainsi les traits fins de mon père japonais, son regard sombre, le tout surmonté des cheveux blonds et bouclés de ma mère norvégienne. Un mélange assez étrange qui lui me au moins d’attirer l’attention. Des épaules étroites, particulièrement maigrichon, en raison de mes années d'errance, je ne suis guère imposant. Pas bien haut non plus, je dépasse tout juste les 1 mètre 70. Le visage émacié, des cernes se dessinent souvent sous mes yeux noisettes, dues à mes nuits assez agités. De ce fait, j'ai souvent l'air fatigué, blasé ou lassé, mais un petit sourire sur mes lèvres suffisent pour faire comprendre que non, vous ne me faites pas chier. Loin de là mon idée. C'est juste pour moi, plus rien n'est extraordinaire.

J’essaye toujours de me faire discret. Je n’aime pas déranger, et surtout, je ne veux pas être dérangé. J’aime le calme, la sécurité, tout ce que ce monde ne peut pas m’offrir. Je suis souvent seul, à errer dans les rues, à fouiller les bâtiments à la recherche de miettes oubliées, mais au final, je fini toujours par me retrouver avec quelqu’un. J’aime les gens malgré tout, on m’a toujours enseigné que je devais les aider. Alors inévitablement, je rejoins les autres. Pour les quitter dès que des problèmes que je ne peux gérer s’annoncent. Je n’aime pas le conflit voyez-vous.
Comme cité précédemment, j’aime aider les autres, partager, car c’est ce que l’on m’a toujours enseigné. Je les soigne, leur apprends quelques gestes pouvant sauver, les aide parfois même, au risque de me faire pigeonner. J’ai beau me le répéter à chaque fois, j’ai encore fois en l’humanité, même si celle-ci est tout bonnement désespérée.
En revanche, une fois que les intentions de ces gens est claire, et qu’ils ne me veulent que du mal, il ne faut pas croire que je vais accepter ça avec le sourire. Selon mes possibilités, je peux fuir à toutes jambes, sortir mon arc et me défendre avec mes quelques moyens, ou dans la fourberie la plus total, les empoisonner. Ne croyez jamais un médecin qui vous veut du mal. Et vu toutes les plantes louches qu’on a dans le coin, croyez moi que c’est facile. Il me suffirait juste de dire que c’est un médicament, et bye bye. On ne fait pas chier un docteur. Si on peut m’appeler comme ça.
J’ai beau dire que j’en suis un, je n’ai absolument aucun diplôme, pour la simple raison que l’école, ça existait déjà plus quand j’avais trois ans. Ayant appris le plus important et le plus utile de mon père, j’essaye parfois de donner envie à d’autres d’apprendre. Car n’avoir personne pour nous soigner, c’est se condamner dans ce monde.
J’aime tisser des liens, et je n’oublie jamais un visage, même de ceux que j’ai vu mourir. Même si j’ai l’air totalement franc et sincère, je garde toujours une petite réserve, faisant attention à ne pas trop m’attacher. On ne sait jamais quand les gens que l’on semble connaitre vont se retourner contre vous. Je veux pouvoir m’envoler de mes propres ailes, me débrouiller, ne pas m’attacher, n’avoir aucun regrets… J’essaye quand même de garder une bonne réputation. Les gens hésitent un peu plus à attaquer celui qui pourrait les soigner un jour. Je ne peux pas faire de miracle contre la transformation, ce n’est pas de mon ressort, mais tout le reste, je peux au moins essayer d’arranger les choses. Donc si vous avez un gros bobo, cherchez le doc à la lanterne qui rode un peu partout en ville. Et au pire, vous me croiserez à l’un de mes détours au camp des survivants, seul vrai lieu de repos que je m’accorde. J’apporte ma pierre à ce camp, y restant parfois pendant des jours, voire semaines, si la situation l’implique. On me connait assez bien là, je ne pose pas trop de problèmes et j’aide, quoi demander de mieux ?


   
HISTOIRE

   
Mon petit début de vie, bien qu’original, n’aurait en rien pu m’indiquer ce qui allait suivre. Je suis l’heureux évènement de l’amour d’un homme et d’une femme, croisés par hasard lors d’une conférence sur la médecine moderne et ses nouvelles technologies. Une norvégienne et un japonais. La barrière de la langue n’avait pas empêché leur relation, et même si au départ j’étais plutôt un accident, j’étais un accident qu’ils avaient été heureux d’avoir. Ma mère avait aménagé au Japon peu avant ma naissance, et ils étaient prêts à vivre une vie heureuse, avec moi dans leurs pattes. Ils avaient même prévus d’ajouter un autre bambin dans la famille ! Ce couple de médecin avait tout pour être heureux.

Mais bien sûr, vous connaissez la suite. Plus de lumière, la misère, les catastrophes à répétition… Je n’avais même pas trois ans quand je vis ma mère pour la dernière fois. On essayait alors  de changer d’abris, tandis que le nôtre venait de s’effondrer comme un château de carte. Déjà affaiblie par sa grossesse qui arrivait à terme, mon père perdit ma mère de vue dans les rafales de la tempête et du déluge. Il eut beau la chercher, même le lendemain, il ne la revit jamais. J’ai tellement peu de souvenir d’elle, et ayant grandi dans ce que l’on peut nommer la misère, que je n’arrive pas à être triste pour elle. C’est un évènement tragique comme bien d’autres. Et dieu sait que j’allais en voir des visages disparaitre.

Ainsi, je grandis aux côtés de mon père, qui allait de camp en camp pour apporter son aide, avec moi sous le bras. Dès qu’il le put, il tenta de m’enseigner tout ce qu’il savait, et surtout le plus important. Il savait que les docteurs viendraient vite à manquer, et j’étais la personne idéale pour prendre la relève. Je passais ma vie avec lui, à l’aider, à le regarder faire, recoudre une plaie béante était devenu comme un passe-temps pour moi.
Je devenais quelqu’un d’utile, j’avais un service à échanger, et selon lui, c’est ce qui ferait ma survie. Cela ne l’a pas empêché de mourir pour autant.

C’était une journée, ou plutôt une nuit, vu que le jour pourrait être rayé du dictionnaire à présent, plutôt calme. On avait décidé de se séparer, comme on en avait souvent l’habitude. Je restais au camp pour soigner quelques blessés ou malade, et lui partait avec une équipe pour secourir un autre groupe, ou un type coincé ou blessé. Cette nuit-là, il n’était pas revenu. J’avais attendu, espérant, mais il ne revint jamais. Il était temps pour moi de me débrouiller, seul, de devenir un adulte. Est-ce que j’étais prêt ? Bien sûr que non ! J’étais loin d’égaler son talent en médecine ! Le reste, je l’appris sur le tas, où à l’aide de livres miraculeusement lisibles trouvé ici et là.

Cela fait 7 ans qu’il est mort maintenant. J’ai pris mes marques, je ne panique plus devant des cas que je sais fichus. Je passe du camp aux rues, pour revenir au camp… Parfois j’accompagne des groupes, plus pour me ravitailler moi-même, mais aussi pour aider les autres. J’aime récolter certaines plantes aussi, et faire des tests, sur les mourants notamment… Oui c’est rude mais au point où on en est, et où ils en sont… Je suis connu pour être un bon médecin (la blague), dur et autoritaire.

Autoritaire car avec moi dans les parages, croyez moi que tant que vous êtes malades ou blessés, vous allez faire exactement ce que je dis. Je ne soigne pas les gens pour rien voyez-vous ? Si c’est pour vous faire tuer juste après, ce n’est pas la peine.

Et dur car si selon moi, vous êtes foutus, et bien je ne gâcherais pas de ressources pour vous. Au mieux, vous aurez droit à un coup sur la tête pour vous endormir.


   

   
۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Mystariko
   ۞ AGE DU JOUEUR : 22 ans
   ۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Top site
   ۞ COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ? J'adore le contexte, je suis là principalement pour lui ♥
   ۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Tous les jours, sauf exception.
   ۞ NIVEAU RP : J'aime les réponses rapides, attendre deux semaines pour un post, ça me retire toute motivation. Niveau longueur, cela dépend de ce qu'il y a à dire. Dans tous les cas, je fais toujours en sorte de donner matière à répondre, et en fait ma priorité.


   Codage par Arrogant Mischief sur Epicode
   

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 163

Carnet d'Identité
Vos Armes & Objets Divers:
Vos Amours & Amitiés:
Ven 5 Mai - 16:23
Bienvenue ! =D
Super la présentation, tu vas voir moi je suis un gentil blessé, je fais tout ce qu'on me dit 8D
Tu dois recenser ton avatar ici, tu peux aussi aller faire ton Journal de Bord, faire des demandes de RP's, Kits et autres ici, et commencer des quêtes ici.
Voilà, amuse toi bien !

Présentation Validée

_________________
FICHE - LIENS

Voir le profil de l'utilisateur
Nils Erling│Tu as mal ? Je suis sûr que je peux arranger ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» armure du donjon akan.
» Je suis une divinité, mais tu peux m'adopter !
» Aile Brisée ~ Le renouveau.
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Last Light :: ~ VOTRE PERSONNAGE ~ :: Prédéfinis & Présentations :: Validées-
Sauter vers: